ROBIN FOLLIN PARTICIPE A LA SOLITAIRE DU FIGARO

Le jeune et très prometteur marin maximois Robin Follin s’apprête à prendre le départ de la très prestigieuse Solitaire du Figaro qui sera donné dimanche à Saint-Brieuc. Il se mesurera en 4 étapes à de chevronnés « loups de mer » tels Yann Eliès ou Armelle Le Cleach, à la barre de son bateau qui portera haut les couleurs de Sainte-Maxime. Son objectif pour cette cette 51ème édition est de remporter le classement des « bizuths », autrement dit les marins dont c’est la première participation. Il part confiant, ayant remporté ce fameux classement des « bizuths » lors de la Solo Concarneau, sorte de répétition générale en 1 étape de la Solitaire (16e au général). Verdict à l’arrivée, le 19 septembre à Saint-Nazaire. Hisse et ho…

LA SAISON ESTIVALE 2020 SE TERMINE

Merci à tous les participants aux stages de l »année 2020. Vous avez été, une fois de plus, très nombreux à venir apprendre et s’amuser au sein du Club Nautique de Sainte Maxime.

Laser masculin : les 4e Jeux de Jean-Baptiste Bernaz, ceux de la maturité

Jean-Baptiste Bernaz, 32 ans, a déjà trois Jeux Olympiques au compteur, avec Pékin en 2008 (8ème), Londres en 2012 (10ème) et Rio en 2016 (5ème). C’est auprès de ses parents, professionnels dans le milieu du nautisme, que Jean-Baptiste s’initie aux plaisirs de la voile. Depuis 15 ans Jean-Baptiste mène ses préparations olympiques avec beaucoup de sérieux et de professionnalisme. En bonne voie pour remporter une médaille à Rio, il termine finalement à la 5ème place. Mais la détermination du Maximois reste intacte et Jean-Baptiste Bernaz flirte depuis avec le titre mondial tant convoité. Il se lance désormais dans ses 4ème Jeux Olympiques, bien décidé à décrocher la première médaille olympique du Laser français. Jean-Baptiste Bernaz, Laser (CN Sainte-Maxime) : « Je suis très fier de pouvoir représenter notre beau pays. Pour moi c’est une vraie fierté d’être en bleu, blanc, rouge, et avoir un double objectif : imposer mon pays, et imposer mon nom ! Il faut imaginer ce que c’est de vivre une cérémonie d’ouverture… attendre dans les coulisses du stade, entendre la Marseillaise, c’est une émotion incroyable, une reconnaissance, une fierté. On se sent comme un héros de la nation. Mais au-delà de cette euphorie, on est tous là pour aller au bout de notre mission et être au rendez-vous pour faire la meilleure des compétitions. Les Jeux Olympiques c’est un aboutissement. On ne travaille que pour ça, sans aucune autre motivation. Être sélectionné est une première étape mais je vais tout faire pour être au meilleur niveau pour cet événement planétaire. Aujourd’hui les entrainements sur l’eau sont mis entre parenthèse à cause du Coronavirus, mais ça n’enlève rien à ma détermination… j’ai 15 ans de préparation derrière moi. L’objectif est de sortir de cette période le plus en forme possible, je vais être une machine de guerre !» Présentation et palmarès de Jean-Baptiste : ici